Mosaïque funéraire, accompagnement au deuil

Parlons de vos projets au
06 01 97 70 71

Mosaïque funéraire, accompagnement au deuil : parlons de vos projets au 06 01 97 70 71

Quand on perd un proche, un parent, grand-parent, un enfant, un conjoint…Oh, pas toujours tout de suite, non… mais le deuil suit son chemin, dès l’annonce du décès, et va se déployer au fil du temps.

Comment faire pour vivre son deuil ? Faut-il juste laisser faire le processus, ou vaut-il mieux commencer un travail de deuil ? Et quels choix s’offrent à nous ? Je vous dévoile ici mon avis sur la question…

Vivre son deuil : un processus naturel

A l’annonce d’un décès, notre psychisme est touché de plein fouet. Même si la mort était prévisible, voire attendue, l’annonce de la mort est toujours un choc psychique, plus ou moins violent. 

On est abasourdi, on ne sait plus quoi penser, ou au contraire notre mental se met en route pour penser à plein de choses et éviter aux émotions de s’épancher trop vite…

Mais en même temps que ce choc psychique, notre corps en prend aussi un sacré coup. Les émotions sont là, et les émotions passent par le corps !

Pouls qui s’accélère, joues rouges, sensation de chaleur ou de grand froid, jambes qui tremblent… Notre corps aussi est sous le choc. 

L’annonce du décès ouvre en nous comme une plaie, plus ou moins large, plus ou moins profonde.

Le deuil est notre processus de cicatrisation de cette plaie.

Le deuil comme processus de cicatrisation

Le deuil est un processus naturel, qui se met en place sans que l’on ait besoin de faire quoi que ce soit. 

D’heure en heure, de jour en jour, il va suivre son chemin pour refermer notre plaie. Un chemin qui ne peut pas être prévu : sautes d’humeur, grande tristesse, envie de bouger, de crier… tout est possible, et tout est changeant !

La seule chose qui est sûre, c’est que la plaie va petit à petit cicatriser, et notre deuil sera moins douloureux, moins « à vif ». La cicatrice restera, tout comme nous n’oublierons jamais la personne décédée. Mais il nous sera possible de vivre avec, d’intégrer cette mort comme faisant partie de notre vie.

Peut-on "mieux" vivre son deuil

Comme nous l’avons vu, le deuil est un processus naturel. Pour le vivre le mieux possible, il est déjà indispensable de le reconnaître, et l’accepter. 

S’engager sur le chemin du travail de deuil, c’est une façon d’accélérer (un peu) le processus naturel, mais surtout de le prendre en main. Comme prendre soin de sa cicatrice en changeant régulièrement les pansements, en massant, en passant des huiles… pour qu’elle soit la plus belle possible une fois qu’elle sera refermée !

Ce n’est pas toujours simple, car la mort reste souvent un sujet tabou dans les conversations. En fonction de notre éducation, nous n’avons peut-être pas appris à en parler, à poser nos questions…

Parfois, nous pouvons aussi avoir peur de la mort. Peur de ce qui peut se passer après, ou de ce qui ne se passera pas… Peur de la mort des autres, ou de la nôtre : toutes ces remises en questions sont légitimes, et demandent souvent simplement à être exprimées en bénéficiant d’une écoute sans jugement.

Cette écoute, elle peut être apportée par un accompagnant au deuil. En rendez-vous individuels, ou en famille, il est possible de mieux vivre son deuil en osant simplement décrocher son téléphone ! 

ateliers pour mieux vivre son deuil

Des ateliers "Vivre mon deuil"

Pour les personnes qui veulent simplement déposer leurs ressentis et profiter de l’expérience d’autres personnes sur ces questions, participer à un apéro de la mort ou à un café mortel peut être une bonne expérience !

Si vous souhaitez entrer dans un travail de deuil un peu plus en profondeur, j’organise régulièrement des ateliers « Vivre mon deuil ». Ces ateliers d’une demi-journée permettent d’avoir en petit groupe un temps d’échange, de transmission. S’ensuit un long temps d’exploration de son deuil, d’introspection, qui se fait au travers de matériel créatif. Il peut s’agir de collages, de tissages, de peinture ou de carnets créatif… Les techniques sont simples, à portée de tous. 

Le processus de création en conscience, de reliance avec notre vécu ou avec le défunt sont une excellente façon de cheminer, et d’avancer sur notre chemin de deuil.

+++ Vous trouverez tous les renseignements sur mes prochains ateliers sur cette page.

Partagez l'article