de la terre jaillit la lumiere art sacré 3 mosaique

De la Terre jaillit la Lumière

On connaît les églises comme monuments incontournables de notre patrimoine. Outre leur architecture, elles regorgent d’œuvres d’art sacré : sculptures, peintures, fresques, vitraux… mais rarement (du moins en France) de mosaïque !

Une commande d’art sacré contemporain !

Il faut être audacieux et cultivé pour oser commander une œuvre à un artiste contemporain. D’autant plus quand c’est pour décorer le devant de l’autel. Cet autel était terne, tout beige, avec une zone rectangulaire en retrait. Les paroissiens veillaient toujours à y déposer un bouquet de fleurs, “pour le cacher”.

Pourtant, le chœur de cette église est doté de deux vitraux du XIXe siècle, très colorés, représentant la pêche miraculeuse et la crucifixion. Des couleurs en haut, mais du beige en bas.

Avant la mosaïque : un autel peu coloré

C’est dans ce contexte que le curé a cherché à incorporer une œuvre d’art à l’autel. Une à fort pouvoir symbolique, faisant le lien avec les vitraux. Et avec de la couleur… une couleur qui reste lumineuse et qui ne passe pas avec le temps.

Pour répondre à ces demandes : la mosaïque s’impose

La mosaïque permet d’avoir une œuvre “éternelle”. Pas ou peu d’entretien, ses matériaux ne s’altèrent pas avec le temps et les smalts (pâtes de verre artisanales) gardent tout leur éclat pendant des siècles… voire des millénaires !

J’ai donc été contactée pour répondre à cette demande. Une œuvre  assez abstraite, avec un mouvement ascendant, traduisant la phrase : “de la Terre jaillit la Lumière”

J’ai commencé par réaliser des esquisses, étudier les vitraux, leurs couleurs, leurs lignes… J’y ai longtemps travaillé, pour sortir des lignes droites qui me venaient trop facilement, et y incorporer de mon vécu. Pourquoi mon vécu ? Parce que j’avais habité pendant 8 ans dans ce village en bord de Maine et de Loire. Une petite ville imprégnée de nature, avec des paysages magnifiques, des plages, des falaises, des points de vue, des arbres et du schiste.

Tout cela, j’avais aussi envie de le retranscrire. Parce qu’une œuvre d’art sacré, avant tout, doit parler aux Hommes. De simples humains, comme vous et moi.

Genèse de l’œuvre

J’ai choisi de travailler en méthode directe. C’est-à-dire que j’ai transporté tut mon atelier pour pouvoir travailler sur place directement. Comment m’imprégner du lieu si je préparais tout en atelier ?

J’ai commencé par faire une première couche de mortier pour assurer l’adhérence. Puis j’ai reproduit les grandes lignes de l’esquisse, ajustées en fonction des vitraux. Quelques tesselles de couleur pour indiquer les grandes zones, et la pose a commencé.

L

de la terre jaillit la lumiere art sacré 1
une première couche pour l’adhérence, les grandes lignes sont tracées… je commence à poser.

La Terre, j’ai choisi de la traiter avec des zones en mouvement ascendant, mais sans verticales. Pour reprendre les mouvements des vitraux, tout en courbes, mais aussi pour la symbolique.

  • La Terre, c’est la nature. Voyez-vous beaucoup de lignes droites dans la nature ? Non, et des verticales encore moins…
  • La Terre, c’est aussi nous, les humains. Et même si nous cherchons à nous élever, nous sommes souvent à la recherche de notre chemin. Un chemin qui peut prendre bien des formes, mais probablement pas celle d’une autoroute toute droite…
  • et pour reprendre nos paysages, j’ai choisi d’utiliser des tesselles plus grosses, plus fines, mais aussi des ardoises, des petites pierres…
de la terre jaillit la lumière art sacré 2 mosaique
la Terre et ses chemins aux couleurs et matières variés…

De la Terre… au Ciel

Petit à petit, j’ai suivi le mouvement de mes “chemins de terre”. Je me suis à chaque fois arrêtée à la limite avec le “ciel”, que je voulais traiter différemment.

Le Ciel devait être un lieu plus serein, calme, tranquille. Tout en gardant le mouvement ascendant. Il pouvait être plus droit, la verticalité étant symbole du divin. Mais un ciel trop droit ne donnerait pas envie d’y aller… les Anges ne pourraient pas y voler !

J’ai choisi d’y représenter la Lumière par un dégradé de jaunes vers le blanc. Quatre couleurs y sont présentes : deux jaunes et deux blancs.

Le jaune le plus vif commence à la limite avec le Terre, et monte en finissant ses lignes par des pointes, comme les plumes d’un oiseau. Les autres couleurs prennent la suite, et tracent des chemins plus directs vers le haut. Certains sont verticaux, ils se croisent parfois, mais sans heurts. Le haut est quasiment droit, on atteint la simplicité et la sérénité.

de la terre jaillit la lumiere art sacré 3 mosaique
Le Ciel et la Terre enfin réunis !

Une œuvre d’art sacré qui fait l’unanimité

Pendant ma semaine de travail, quelques paroissiens et touristes de passage sont venus me rendre visite. Ils m’ont regardée travailler, m’ont posé des questions. A chaque fois, ils ont été intrigués, et surtout attirés par les matériaux. Ces smalts sont de la même fabrication que ceux qui ornent les églises byzantines !

Les grosses tesselles, avec leurs reliefs et leur matière, leurs irrégularités dues au façonnage artisanal, apportent aussi des points d’ancrage au regard. Un ancrage indispensable à qui veut s’élever !

Enfin, après la messe pendant laquelle j’ai présenté mon œuvre, les éloges n’ont pas tari. Autant sur la symbolique  que sur la réalisation, cet autel décoré fait l’unanimité !

de la terre jaillit la lumière 4 mosaique art sacré
présentation de la mosaïque pendant la messe.
Partagez l'article
  • 13
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •   

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *